Buddha assis en méditation

Numéro d’inventaire : D 70.1.2 (dépôt du musée national des Arts asiatiques – Guimet)
Date de création : Fin IIIe – début IVe siècle
Lieu de création : Gandhãra (Pakistan)
Matière et technique : Schiste bleu sculpté
Dimensions (H) : 38 cm

Dans l’Inde ancienne, le Gandhãra désigne un territoire qui s’étendait de part et d’autre de la frontière de l’Afghanistan et du Pakistan actuels. Des moines venus d’Inde s’y installent dans des monastères, vers le Ier siècle de notre ère. Ils entrent en contact avec des peuples nomades ayant une architecture et un art fortement influencés par l’art hellénistique et des cultes non seulement bouddhiques mais aussi bactrien et indien. C’est au milieu de ces différentes influences qu’apparaissent des représentations du Buddha qui empruntent tout naturellement des éléments à ces diverses cultures.

Les premières images du Buddha contiennent déjà les constantes de l’iconographie bouddhique visibles sur ce Buddha assis en méditation : c’est un homme et un personnage historique, il porte le vêtement monastique constitué des trois éléments qu’il a fixé lui-même, vêtements indiens ni coupés ni cousus, simplement drapés autour du corps suivant les modes locales ou artistiques. Ces cheveux ne sont pas rasés, contrairement aux moines, et coiffés selon les influences hellénistiques, gupta ou autre, recouvrant la protubérance crânienne caractéristique (l’usnĩsa), symbole de son appartenance à la catégorie des hommes extraordinaires.

(d’après Violette Fris-Larrouy, Les collections du musée Georges-Labit, 1997)

[Cliché Rodolphe Carreras]